L’homme n’échappe pas aux lois…



Depuis l’antiquité l’homme a utilisé sont corps pour établir des mesures communes or nous avons vu qu’elles son étrangement associées au nombre d’or. Ce n’est pas un hasard ,car le corps humain respecte les lois dorées.

Il faudra attendre Léonard de Vinci pour le démontrer de façon anatomique.

Vitruve de Rome*biologie-image50.jpeg

semble être le premier à citer la présence de rapports dans le corps humain.
Ses mesures indiquent que des fractions simples comme 1/6 ou 1/8 permettent de faire un plan respectant les proportions des membres chez un être "parfait".
La référence immédiate à cette harmonie est l’Apollon grec.

* Marcus Vitruvius Pollio, connu sous le nom de Vitruve, est un architecte romain qui vécut au Ier siècle av. J.- C.

Vitruve indique qu’un corps allongé avec les bras écartés et les jambes étendues est inscrit dans un cercle dont le centre est le nombril, le vrai centre du corps se trouvant un peu plus bas, au niveau du pubis (c’est le centre du carré englobant).

Il mentionne d’autres mesures concernant le visage, la poitrine, les membres supérieurs et inférieurs.

biologie-image52.jpeg
biologie-image51.png
Autoportrait, 1512 - 1515

Léonard de Vinci

dessinera son "Homme de Vitruve" (vers 1490) d’après les écrits de l’architecte romain.


Vinci a utilisé les proportions simples exposées par Vitruve pour établir le quadrillage dans lequel le corps s’inscrit.



Étude de Léonard de Vinci sur le corps humain. Ce dessin est connu sous le nom de l’homme de Vitruve, 1485-1490.
( Luca Pacioli « La divine proportion « )
L’homme de Vitruve est donc basé sur un cercle, un carré et des segmentations triviales du carré.
On remarque aisément que Vinci a tracé des traits francs au niveau des articulations et des différentes parties qu’il isole pour son étude.



biologie-image53.png
L’homme vitruvien de Vinci.

En rouge : proportion de 1/10 par rapport au côté du carré.
biologie-image54.jpeg
En bleu : 1/4 et 1/8.
En vert : 1/6.

Dans le dessin de Vinci, la proportion significative
(sans ajout de traits autres que ceux de Vinci) s’approchant le plus du nombre d’or est :
- celle entre la hauteur du corps
- la distance entre le nombril et
la plante des pieds.
On obtient environ 1.639.
Même si les adeptes de la divine proportion s’acharnent à vouloir trouver le nombre d’or dans ce dessin et le corps humain en général, ils n’obtiennent que de vagues approximations de φ , avec un intervalle variant entre 1,5 et 1,7.



biologie-image55.jpeg
On peut encadrer l’homme vitruvian dans un pentacle.

D’après Léonard de Vinci,le centre du pentacle est situé sur le nombril et non sur le pubis ce qui correspond à une réalité anatomique.


Le pentacle d’or étant lié au nombre d’or.





biologie-image56.jpegAlbrecht Dürer,

va également s’intéresser à ce problème.

Il rédige ses "Quatre Livres" sur les proportions humaines. Cet ouvrage sera publié à titre posthume en 1528.
Dürer apporte sa touche d’originalité pour l’époque en étudiant des corps féminins.


biologie-image57.pngAlbrecht Dürer développe un module dans le même esprit que l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci.

Le sien utilise un système de division par 10.

Le corps est inscrit dans un cercle centré sur le nombril.

Dürer ne cherche pas la perfection, il développe sa théorie avec des individus authentiques qui ne sont pas sans défauts.
Même si certains visages ont des traits qui peuvent paraître exagérés, il n’était pas rare de voir dans certaines peintures flamandes de tels personnages.
Dürer utilise des quadrillages complexes coupés par une série de droites mais le nombre d’or n’intervient pas dans son raisonnement qui se veut plus général .




biologie-image58.png
Quelques planches tirées de l’ouvrage de Dürer.
On remarque que Dürer prend en compte plusieurs physionomies.


Au 19ème siecle, Zeising Adolph (1810-1876)

émet une théorie anatomique entièrement basée sur le nombre d’or.
Il fait abstraction des travaux précédents et avec habilité, parvient à convaincre ses lecteurs.
Par exemple, Zeising n’utilise que le début de la suite de Fibonacci, il va même jusqu’à remplacer certaines valeurs comme 89 par 90. L’ensemble de son explication souffre d’une approximation latente qui laisse dubitatif. Les traits sont imprécis et se courbent lorsqu’ils s’approchent des endroits intéressants.


biologie-image59.png
Détail du schéma et selon Zeising, le squelette a des dimensions issues de la suite de Fibonacci en comparaison avec un crâne obtenu par imagerie médicale.
Le dessin de Zeising est imprécis et ne concorde pas avec les proportions habituelles d’un crâne.
Le crâne de Zeising est déformé avec un front trop grand.

biologie-image60.png

Une étude plus poussée permettrait certainement de mettre en évidence d’autres incohérences au niveau de ce squelette:
il semble que les mains sont trop grandes pour un adulte
le crâne est celui d’un enfant









Conclusion

Affirmer que le nombre d’or est présent dans le corps est une belle chose mais c’est oublier que l’évolution darwinienne provoque des modifications dans l’anatomie de "l’homme moderne".

Les statistiques regroupant la taille des populations en Europe depuis quelques siècles confirment l’allongement du corps humain.

Le nombre d’or a ainsi de la peine à garder sa constance (et sa crédibilité dans le cas de l’anatomie) et devient plutôt une variable en corrélation avec l’évolution des organismes vivants.


Références: